Remédier à l’absentéisme et au présentéisme

Remédier à l’absentéisme et au présentéisme

Texte : Esmeralda Verolme – photo ©Association Le jour d’après

L’association Le jour d’après a pour mission d’accompagner les personnes vers un retour et un maintien dans l’emploi après un traumatisme lié à la maladie ou à un accident.

L’entreprise est confrontée aux problématiques de l’absentéisme (dont + de 60% sont liées à la maladie) et de présentéisme dont la conséquence à un coût direct et indirect.

En France, en 2012, le taux d’absentéisme était de 4,53%, ce qui représente un coût de 7 milliards d’euros pour les entreprises (et 9 milliards pour l’Etat) soit une facture de près de 16 milliards d’euros pour le secteur privé avec une moyenne de 16,6 jours d’absence par salarié1.

Selon Matthieu Poirot, psychologue et docteur en gestion, le taux théorique de présentéisme représenterait entre 6% et 9% de la masse salariale en France. Le coût de celui-ci serait compris entre 2,7% et 4,8% de la masse salariale. Ce coût caché pour les entreprises, s’élèverait ainsi entre 13,7 et 24,9 milliards d’euros par an. Ainsi, pour une entreprise, dont le salaire annuel moyen est de 27.000 euros, le coût du présentéisme serait compris entre 514 euros et 660 euros par salarié chaque année.

Conclusion : Le coût du présentéisme est ainsi deux fois plus élevé que celui de l’absentéisme pour les entreprises.

Positionnement de l’association Le jour d’après

Aujourd’hui, la plupart des actions proposées pour remédier à l’absentéisme et au présentéisme, sont menées par la direction de l’entreprise, en mettant en place des mesures, des politiques et des actions de management qui peuvent modifier l’organisation et le système de l’entreprise, ce qui nécessite un accompagnement au changement.

L’association Le jour d’après, propose une approche innovante, en intervenant au coeur des causes de l’absentéisme et directement auprès du salarié, en mettant « l’humain au service de l’action ». Nous pensons que la solution pour remédier à l’absentéisme et au présentéisme passe par le salarié, pour le salarié.

Introduire une association solidaire qui répond aux attentes et aux besoins des salariés facilite l’implication, la modification de comportements et donne du sens.

Facteurs clés de succès

  • La sensibilisation et implication des salariés aux actions de l’association.
  • Le partenariat entre l’organisation et l’association.
  • La responsabilité partagée.
  • La participation active des salariés aux ateliers sur la base de la volonté de chacun.

1 Etude publiée le mercredi 3 septembre 2013 par le cabinet Alma Consulting Group

Ecrire un message

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *